L'école et l'entreprise

Publié le par Christian Jacomino

Gilles de Robien, Philippe Hayat, et Pierre Kosciusko-Morizet, chef d'entreprise, échangeront  avec les élèves d'une classe de 3ème, dans le cadre de l'option de découverte professionnelle, afin de susciter chez eux l'envie d'entreprendre. Cette option a été généralisée dans tous les collèges depuis la rentrée 2006, à l'initiative du ministre. Les chefs d'entreprises présenteront leurs parcours et partageront leurs expériences avec les élèves.

Opération 100000 entrepreneurs : promouvoir l'esprit d'entreprise ...

Publié dans Libéralisme

Commenter cet article

Emmanuelle 10/12/2006 10:40

Tiens, voilà une initiative qui me réconforte :

http://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article636

Emmanuelle 10/12/2006 10:20

Je fais attention à ce ton, car j'ai compris que rien ne servait d'être agressive "chez" les autres, je le suis assez "chez" moi !

Et discuter est important, surtout quand on est en désaccord : prêcher des convertis des fois est lassant et vain.

...pour continuer ce désaccord : oui, l'école est loin d'être un "bien absolu", et l'entreprise un mal, là, je suis tout à fait d'accord. Mais ce ne sont pas toujours des entrepreneurs qui vont à la rencontres des élèves... Lycées d'Aubenas il ya quelques semaines : le MEDEF en car faisait sa tournée. Or le MEDEF ce ne sont pas des entrepreneurs, c'est un syndicat très marqué politiquement (et je le répète, non représentatif du patronat) dont le but n'est pas de fournir du travail mais de faire du profil. Imagine que pour parler des métiers agricoles ce soit la FNSEA qui se ballade dans les établissements, ou, pour changer d'angle, SUD rail qui aille parler du métier de cheminot !
J'ai constaté aussi des "accords" entre certaines entreprises du "coin" avec des établissements publics pour certains stages (pour des 3ème dits "classiques"), accords étranges* passés hors CA !

Enfin, pour des élèves dits en "échec scolaire" : c'est là je crois qu'on diverge vraiment. Il me semble que "la vie après l'école" ce n'est pas forcément le travail. Je serais assez partisane pour que ces élèves aient plus d'enseignements artistiques, des enseignements d'éveil, des parcours de découverte, du cinéma, etc.
J'ai eu des élèves qui ne pouvaient pas aller en seconde et refusaient le LEP (je veux pas devenir coiffeuse, je veux pas aller en BTP), et les profs de s'énerver : mais quoi alors ? Je voudrais faire cirque, forain, rapeur, aller sur les routes, acteur, etc. Et mes collègues de crier à l'irréalisme, au n'importe quoi.

Des écoles alternatives, voilà ce à quoi j'aspire, avec des enseignements à la carte, des écoles parallèles non réservées à des fils d'enseignants, de vrais dispositifs relai avec des ateliers "qui servent à rien", des clubs philo en LEP...
Et en conseil de classe, et en salle des profs, je continue à valoriser les élèves "à l'ouest" qui veulent "faire poète".

Te moque pas !

* il était même questions que les profs d'AP fassent réaliser des affiches à leurs élèves pour présenter ces entreprises lors de salons des métiers ! Mais ces gauchos de profs d'AP ont refusé...

Christian 09/12/2006 16:26

Emmanuelle,
Je suis favorable au rapprochement de l'école et de l'entreprise, principalement dans les ZEP, dans la mesure où je pense que des enfants qui sont en échec depuis leur entrée dans le système éducatif ont besoin qu'on leur dise qu'il y a une vie après l'école. Ayant cessé de croire que l'école était le bien absolu pour les enfants, j'ai cessé de croire aussi que l'entreprise était le mal absolu. Mais bien sûr il faut regarder cela de près.
Je n'ai pas besoin de te dire ce que je pense de 'SOS éducation'. Quant à Liberté chérie, ils m'apparaissaient comme des libératariens, ou des libéraux alternatifs. Jusqu'à l'été dernier, depuis quand je trouve qu'ils se droitisent éperdument.
Ce n'est pas un mot: je te suis vraiment reconnaissant de ce désaccord avec moi que tu veux bien exprimer sur mon blog, et du ton sur lequel tu le fais.

Emmanuelle 09/12/2006 15:46

Je précise que je suis mariée à un patron, un patron de TPE, qui pense comme moi qu'il est dangereux et malvenu de rapprocher les entrepeneurs du collège.

Emmanuelle 09/12/2006 14:52

Je suis très "prudente" pour ne pas dire "réfractaire" à cette initiative.

Sais-tu aussi qu'un des sites que tu mets en lien ("liberté chérie") est partenaire avec "S.O.S. éducation" ? Je me méfie encore plus de ce genre d'assos, très très réactionnaire. Mais je suis bête, du dois le savoir !

Je sais pas... mais ça me fait peur, très peur, tout ça, et je protègerai mes élèves (et mes enfants) de ce prosélytisme là.